Quand et où faire les mots-croisés ?

Mots-croisés ou mots-fléchés ? Intérieur ou extérieur ? Seul ou en groupe ? Les pratiques pour résoudre une grille de mots-croisés sont aussi variés qu’il y a de cruciverbistes. On fait un passage en revue les façons les plus courantes de s’adonner à cette activité.

L’hiver au coin du feu

L’image traditionnelle des grands-parents qui chaque jour lorsque le jour se couche commencent ensemble une grille de mots-croisés réunis sur le canapé, devant un feu de bois, est toujours ancrée dans la mémoire collective. Le souvenir de voir ces deux personnes si proches, réfléchir ensemble sur des définitions plus complexes les unes que les autres, avec comme seule aide un dictionnaire de la langue française posé à côté d’eux existe pour beaucoup de personnes.

C’est un moment d’échange entre deux personnes, qui débattent sur la façon dont la définition a été comprise par chacun d’eux et pourquoi la solution proposée peut coller avec la définition.

Aujourd’hui, cette façon de s’occuper disparaît peu à peu. Les tablettes ont remplacées le dictionnaire et Internet fournit immédiatement la réponse à une définition de mots-croisés, même la plus alambiquée.

L’été à la plage

De nombreux magazines éditent chaque année lorsque l’été approche une édition spéciale jeux. Ces magazines contiennent des mots-croisés, des mots-fléchés mais aussi une grande variété d’autres jeux de lettre pour varier son divertissement. Il en existe pour tous les niveaux du plus simple au plus compliqué. Ces magazines nous accompagnent tout au long de nos vacances et c’est souvent sur les plages (dans les transats ou directement sur la serviette) qu’ils ressortent.

Entre deux baignades, le corps couvert de crème solaire, c’est une activité intellectuelle qui occupe intelligemment le temps passé à se faire dorer la pilule au soleil.

Au bureau en cachette

Lorsque la rentrée au travail revient, le virus des mots-fléchés attrapé pendant l’été est toujours présent et continue même lorsque le boulot a repris. Mais cette fois plus question de s’afficher ouvertement avec son magazine grand ouvert devant soi.

C’est le plus souvent en cachette que les grilles sont discrètement résolues tout en prenant l’air d’être très occupé sur un sujet important. On retrouve plusieurs techniques : la feuille imprimée glissée sous un dossier qui a l’air sérieux ou encore directement à l’écran sur des grilles interactives sur des sites spécialisés.

A la fac dans l’amphi

Lorsque le cours magistral commence et que le grand amphithéâtre est rempli d’étudiants encore à moitié endormis, un banc entier dans le fond de la salle est réveillé et semble concentré sur leurs notes. Ca chuchote, ça échange, ça compare… bref c’est studieux et ça réfléchit dur de bon matin. Mais contrairement à ce que pourrait laisser penser cet état de travail vu d’en bas, ce n’est pas sur le cours que ce groupe est concentré, ni sur un autre à venir mais sur les mots-croisés que l’on retrouve chaque jour dans les quotidiens gratuits distribués à l’entrée de la faculté ou à la sortie du métro.

Que ce soit les mots-fléchés de 20 Minutes, Direct Matin ou (feu) Métronews, les mots-fléchés du matin sont devenus un rituel pour bon nombre d’étudiants. Faciles et ludiques, les grilles de mots-fléchés des quotidiens gratuits ont leurs stars étudiantes. Ces personnes deviennent des véritables idoles connues et respectées pour cette qualité. L’apparition relativement fréquente des mêmes définitions, l’assiduité à laquelle certains s’y adonnent, le tout couplé à une bonne mémoire et une bonne culture générale permettent à quelques-uns de résoudre une grille « Difficile » en quelques minutes seulement…

Si une fois la fac terminée, beaucoup abandonnent ce passe-temps, d’autres en ont attrapé le goût et poursuivent sur des grilles plus élaborées.